Il était une fois en 2006

 

 

le Vendredi, 9 juin 2006

Saône Seille Rugby affronte Cagnac à Les Martres-de-Veyre (Puy-de-Dôme)
Relever le nouveau challenge


Mardi, Gilles Girard délivrait ses dernières recommandations avant l'ultime entraînement de ce soir au cours duquel il dévoilera le groupe pour le rendez-vous de dimanche à Les Martres-de-Veyre dans le Puy-de-Dôme face au Stade Cagnacois

 

Porte-drapeau de l'ovalie départementale en ces temps de disettes, Saône Seille Rugby s'apprête à écrire une nouvelle page d'histoire ce dimanche en demi-finale. Reste à battre Cagnac.


Si en 2004, Couches, Montchanin et Paray voyaient leur course effrénée pour le fameux «bout de bois» s'achever en demi-finale, Saône Seille Rugby, fort de ses 23 succès pour un seul nul, aspire lui à l'ultime rendez-vous d'une saison exemplaire. Après Saint-Avold balayé 44 à 0, Ozoire-la-Ferrière dominé 19 à 7, Champs-sur-Marne expédié aux affaires courantes 20 à 13, le club bressan s'attaque désormais à l'«autre» rugby, celui du sud-ouest.
En fait, que dire de ce parcours étonnant. De cette progression fulgurante d'une formation bressanne dont l'éclosion dans ces phases finales ne fait que confirmer la prestation étincelante accomplie le 6 mai dernier face à Auxonne pour le titre de champion de Bourgogne. «L'équipe a franchi un pas avec ces phases finales. Contre Saint-Avold, nous avions fait le déplacement sans complexes, avec l'ambition de remporter la décision, mais nous partions surtout dans l'inconnu. Ce premier match a été le détonateur et les joueurs ont pris conscience de leurs possibilités à ce niveau. Ensuite, Ozoire-la-Ferrière, que nous avons abordé de la même manière, avec une grosse entame, s'est réalisé dans la continuité. A chaque fois, le début de la rencontre a été primordiale. D'ailleurs, les vingt premières minutes sont toujours prépondérantes dans ces matches-couperets et régulièrement, après une demi-heure, on connaît le nom du vainqueur» explique Gilles Girard, l'entraîneur des avants dont le discours n'a de cesse de s'appuyer sur la simplicité et la rigueur.
«Cette année, nous avons surtout pris conscience de ne plus être des joueurs de rugby, mais des rugbymen» reprend-il. L'image de ses joueurs abattus après le nul réussi à Auxonne en décembre dernier reste gravée dans sa mémoire. «Ce jour-là, je les ai félicités, mais eux, ne voulaient que la victoire. C'est ce qui est arrivé par la suite» ajoute l'ex joueur de Montceau, éducateur également à l'école de rugby de Tournus. En effet, Saône Seille Rugby alignera une série impressionnante. Tellement impressionnante qu'elle demeure certainement unique dans les annales bourguignonnes. «La plus belle des qualités du groupe, c'est la solidarité, l'esprit de corps. Quand un joueur commet une faute, un autre est là pour le supplanter. A partir de là, on peut construire. Les chiffres, c'est bien, mais ce n'est pas notre priorité» constate-t-il.
Deux bottes secrètes
N'empêche que pour rester invaincu, Saône Seille Rugby a dû cravacher toute la saison. Et pour parvenir à ses fins, l'édifice bressan détient une botte secrète. Plutôt deux. La gent féminine d'abord. «C'est vrai, nous devons être le seul club du département et peut-être au-delà de nos frontières, à accepter les femmes des joueurs lors de nos déplacements en bus. Elles apportent de la stabilité aux gars, et en les faisant participer même au discours d'avant match, c'est un gage supplémentaire non seulement pour le dimanche mais aussi pour les séances d'entraînement du mardi et du vendredi» nous révèle Gilles Girard.
La seconde botte secrète réside dans le challenge instauré par les coaches Girard et Blain quelques minutes avant d'entrer sur le terrain. «Contre Champs-sur-Marne, deux joueurs fêtaient leur anniversaire cinq jours plus tard - ce jour - et la victoire leur était dédiée. Ce dimanche contre Cagnac, un autre challenge sera demandé, mais je ne peux pas vous le dévoiler, c'est une surprise» confirme-t-il.
Dimanche face à Cagnac, dont le jeu fleure bon le sud-ouest, tous les artifices mis en place par le duo bressan Girard-Blain dont la complémentarité n'est plus à mettre en doute, «Patrick - Blain - est un créatif. Il abat un travail considérable au club et la réussite vient beaucoup de lui. Je tiens à lui rendre hommage et à le remercier de me supporter» précise Gilles Girard se révèleront indispensables. Pour que Saône Seille Rugby écrive une nouvelle page d'histoire. De son Histoire. Une histoire débutée il y a moins d'un an.
(article de Salvatore Barletta)

 

Le groupe 1re ligne : Laurent Moie, Stéphane Leduff, Fabrice Navoiseau, Dominique Bessard, Mickaël Bièvre-Poulailier, Sylvain Gossen.

2e ligne : Fred Cléau, Yann Bueno, David Pelletier-Pichet, Mickaël Meunier.

3e ligne : Gilles Tatre (cap), Stéphane Lafont, Aurélien Audard, Richard Robolin

Demis de mêlée : Raphaël Goudard, Rachel Gauthier, Geoffrey Charles.

Demis d'ouverture : Anthony Blin, Alex Sivert

Centres : Nicolas Favre, Anthony Colin, Sébastien Carré.

Ailiers : Julien Bouanchot, Jean-Marie Lagneau, Yohan Levilain.

Arrières : Alexis Violy

Entraîneurs : Gilles Girard (avants), Patrick Blain (arrières).

Responsable de l'équipe seniors : Lydie Vernoux.

Aucun événement

JE SUIS CHARLIE